Joseph Vernet
Collège
Avignon
 

Les carnets de Vernet 5 (5eE)

Un récit d’aventures

lundi 18 mai 2015, par MIRALLES Yann

Les élèves de 5eE ont écrit un récit d’aventures à partir d’une image qui représentait une personne perdue au beau milieu d’un lieu vaste et enneigé...

texte d’Alia :

Un jour j’arrivai chez moi et je vis ma mère très triste. Quand elle me vit, elle pleura. Je lui dis : « Mais que se passe-t-il ? » Et elle me dit : « Ta sœur a disparu ». Au début, je ne la crus pas. Je cherchai ma sœur de partout ; je ne la trouvai pas. Du coup je décidai d’aller la chercher dans le village d’à côté qu’on appelait « Le village blanc ». Ma sœur ne faisait que parler de ce village. Quand je voulus entrer dans le village, le gardien ne voulut pas me laisser entrer car je ne faisais pas partie du village. Pas très loin dans le grillage, il y avait un trou. Je décidai d’y entrer sans que le gardien ne me voie. Quand j’y entrai, le village était tout blanc : il n’y avait pas du tout de végétation, beaucoup d’habitats et aussi beaucoup d’habitants. Je marchai au moins 2 km et sur le passage je vis plein de choses étonnantes. Je vis des maisons en cœur, des magasins où il n’y avait que des bébés dinosaures qui étaient très bien élevés, des mode vestimentaires très différentes de le nôtre et que de la NEIGE – de la neige et encore de la neige ! Je demandai à tous les gens qui passaient : « Vous n’auriez pas vu une petite fille avec deux petites couettes, des habits tout roses et différente de vous ? » Tout le monde me disait « non ». La nuit tomba et je cherchais toujours ma sœur, je ne voulais pas abandonner la mission que je m’étais donnée.
Puis un étrange monsieur me tira et me ramena dans une grotte où il y avait un ours. Je criai et je courus mais l’homme me rattrapa et me dit : « L’ours est très gentil. » Je restai avec l’ours pour toute la nuit. Le lendemain matin je me réveillai et je pris l’ours pour l’amener avec moi dans mon aventure car j’avais besoin de compagnie. Du coup, nous y allâmes chercher ma sœur. Quand nous sortîmes de la grotte, toute la tribu du village blanc nous attaqua car ils avaient compris que je ne faisais pas partie de leur village. Et l’ours que j’avais appelé Boul évita les attaques contre lui et attaqua lui-même tout le village pour me protéger.

***

Texte de Dilara :

Je suis une femme âgée de 27 ans, je travaille dans l’un des plus grands laboratoires d’Amérique. Un jour que je travaillais, mon patron vint me dire que je devais faire une expédition en Afrique pour faire une recherche scientifique sur un animal très rare. Quand je rentrai, j’annonçai la nouvelle à mon mari. Deux jours plus tard, nous nous envolions vers l’Afrique. Dans l’hélicoptère, je mangeai une barre de céréales puis je jetai le papier dehors, mais le papier atterrit dans l’hélice. L’hélicoptère tourna et retourna dans l’autre sens ; nous avions mal à la tête et je voulais vomir à cause de la barre de céréale ! Puis soudain l’hélicoptère fonça au sol puis s’écrasa. Le pilote d’avion et moi paniquions. Nous descendions de l’avion quand nous remarquâmes que nous n’étions pas en Afrique et que nous étions dans un endroit ou il y avait des montagnes de neige. On était à l’opposé de l’Afrique. Pendant que le pilote d’avion essayait de réparer le processus de la machine pour essayer de rejoindre quelqu’un, je pris nos sacs et une boussole et nous partîmes à la recherche d’une personnes qui pourrait nous aider, mais il n’y avait personne à l’horizon ; juste des animaux. Nous mangions nos deux barres de céréales. Pendant ce temps-là je prenais la boussole qui essayait de nous montrer le sud. Donc on la suivait, on commençait à croire que nous tournions en rond. On commençait à avoir très faim puis on fit un trou dans la glace pour pouvoir pêcher des poissons. Après une heure de pêche, un petit poisson sortit du trou de la glace, nous portâmes le poisson vers le feu que nous avions fait avec le dernier briquet qu’il restait. Une fois que nous avec avions fini de manger, nous repartîmes à la recherche d’une personne ; mais toujours personne à l’horizon. Après trois bonne heures de marche, nous trouvâmes une grotte, nous rentrâmes, puis un ours sortit de la grotte et s’ énerva. Il nous suivit, on courait de toutes notre force, mais nous étions épuisés ! On s’écroulait de fatigue et là, la neige nous engloutit : nous nous trouvâmes pris dans plus de trois mètres de hauteur de neige. C’ était fini pour nous, nous étions assommés. Le lendemain matin, on se réveilla dans un magnifique chalet, puis une dame vint et nous dit ce qu’il s’était passé. Elle nous soigna et nous prépara un chocolat chaud. La dame nous demanda pourquoi nous étions dans ces régions très froides ; nous expliquâmes tout l’histoire et puis nous la remerciâmes de nous avoir sauvé la vie. Deux heures plus tard, elle nous laissa partir en nous disant de faire très attention et en nous souhaitant bonne chance pour trouver notre route. Nous prîmes nos sacs et trois heures plus tard une avalanche vint et nous emporta. Là, plus personne ne prit de nos nouvelles. Juste avec une avalanche, nous ne faisions plus partie de ce monde. Je ne vis plus ma famille et idem pour le pilote d’avion.

***

Texte de Lou :

Un jour , je trouvai une carte au trésor dans mon grenier.
Je partis pour aller en Finlande où il y avait le trésor. Dans ce pays il n’y avait personne. Je marchais, puis tout à coup le ciel se couvrit, le soleil disparut de plus en plus. Tous les animaux se mirent à fuir. Un chien surgit d’un tas de neige, il était frigorifié. Je le pris avec moi et j’entrai dans une grotte sombre et très profonde. Le soleil revint, je fis un trou dans la glace pour pouvoir pécher du poisson. Aucun poisson ne vint. Au bout de deux heures de pêche, un énorme poisson sortit de la glace. Je poussai le poisson pour le rapprocher du feu que j’avais fait. Une fois que mon repas fut terminé, je partis à la recherche de mon trésor. J’étais tout près, d’après la carte qui mène au trésor. Une éclipse se forma, je voulais tellement la regarder ! Je la regardai, elle était si belle ! La brume l’entourait ! Quelques heures plus tard, mes yeux se fatiguaient beaucoup, je pensais que c’était à cause de l’éclipse. La nuit commençait à tomber et j’avais peur, peur de ne plus voir le lendemain. Je me réveillai tout doucement, puis j’ouvraisles yeux. Je ne vis rien, j’étais aveugle. Comment je survivrais ? Je ne trouverais jamais le trésor ! Tout d’un coup, j’entendis un énorme bruit de craquement de branches. Ca devait être sûrement le piège que j’avais fait avec un trou assez profond. Mais ce trou n’était pas assez profond pour la bête qui était derrière moi. Soudain un hurlement surgit et je compris tout de suite que c’était celui d’un ours ! Je pensais qu’il était derrière moi, puis soudainement un coup de patte me frappa violemment. Je me réveillai, je ne savais pas où j’étais : je me trouvais dans la neige toute seule. Mes souvenirs revenaient petit à petit, puis je me rendis compte que je voyais.

 
Collège Joseph Vernet – 34, rue Joseph Vernet - 84000 Avignon – Responsable de publication : MME Catherine MARRET
Dernière mise à jour : jeudi 11 avril 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille