Joseph Vernet
Collège
Avignon
 

Les Cahiers de Vernet 8 (5E)

Un récit d’aventures

samedi 30 mai 2015, par MIRALLES Yann

Texte de Shaïma :

Vacances mortelles tome 1
C’était les vacances de février et ce week-end là je décidai d’amener mes enfants au ski. Nous prîmes la voiture et de la fenêtre on voyait un magnifique paysage. Il y avait de grandes montagnes. Les arbres étaient enneigés ; tout était blanc. La neige brillait sous le soleil. J’étais émerveillé : c’était si calme et si silencieux, comme si le temps s’était arrêté. Puis trois heures après nous arrivâmes à l’hôtel. Ce soir-là je n’arrivais pas à m’endormir. En revanche, mes enfants étaient profondément endormis, je partis
donc faire une ballade nocturne seul...J’avais marché pendant très longtemps et mes pieds s’enfonçaient dans la neige ; j’étais congelé, je regardais ma montre et je vis qu’il était déjà plus d’une heure du matin. Mais je voulais continuer mon expédition ; alors je me rendis compte que j’étais perdu, j’étais affolé, j’avais la tête qui tournait, j’étais fatigué. Je tombai sur la neige gelée et m’endormis... Je me réveillai car j’avais entendu du bruit. J’ouvris les yeux et je vis un oiseau ; j’attrapais une pierre et le tuai. Je ne me contrôlais plus ; je pris l’oiseau avec moi afin de trouver des pierres rares pour faire du feu. Je les trouvai et m’installai dans une grotte que j’avais vue et fis du feu pour manger l’oiseau. Quand j’eus terminé, je décidai de poursuivre mon chemin. Je mis des indices pour qu’on sache que j’étais passé par là. Il faisait froid mais je tenais le coup. Je marchai pendant des heures et je commençais à m’endormir. Je pris la décision de revenir à la grotte. Je fis un feu et m’endormis. Le lendemain matin je partis dans la forêt afin de trouver avec quoi me nourrir. Je restai des années dans la grotte. Je survivais en me nourrissant de plantes, d’insectes et de bêtes sauvages et dormais. Je vivais en fonction du lever et du coucher du soleil. J’avais complètement perdu l’utilité de mes jambes. Je marchais à quatre pattes comme un animal mais surtout j’avais oublié mon but : retrouver ma famille. Une épaisse couche de crasse s’était déposée sur moi. Je partis donc me nettoyer. Je vis au loin trois hommes qui s’approchèrent de moi. Quand ils furent près de moi, ils me posèrent tout un tas de questions car pendant ma disparition j’étais recherché. J’étais terrifié, je pris mon petit bâtonnet en bois que j’avais taillé grâce aux pierres rares et les tuai un par un. Quand j’eus fini, je réalisai que j’étais devenu un monstre ; c’était trop tard pour moi. Je me jetai de la falaise enneigée en repensant aux bons moments de ma vie que j’avais oubliés. Soudain, un peu de neige me réveilla : ce n’était qu’un rêve….

A suivre dans le Tome 2...

***

Texte de Fatima :

Le vieil homme...
Je suis dans un avion au-dessus du Canada et tout à coup l’avion se dirige vers le sol...A mon réveil je me suis trouvée par terre toute seule avec quelques aliments sur le côté. Depuis quelques jours que je marche, je ne me retrouve pas entre cette neige, ces montagnes... Après ces quelques jours, je vois un igloo au fond du brouillard. Alors que je n’en pouvais plus de marcher dans cette neige et surtout de ne rien voir à part la couleur blanche, j’avance de plus en plus vers l’igloo. J’entendais mon ventre gargouiller, tiraillé par la faim. Quand je suis arrivé devant la maison, j’ai toqué et un vieux monsieur m’a ouvert. Sans poser de question, en restant sur le pas de la porte, il m’a dit :
« Entre ,il fait trop froid dehors !!! »
Et j’ai répondu :
« Merci monsieur, vous êtes très gentil. »
Et quand je suis entrée,il a commencé à poser des questions sur moi : « Comment tu t’appelles ?? D’où tu viens ?? »
Je répondis à ces questions et puis je terminai ma réponse avec : « ...et vous »
Et lui me répondit avec gentillesse.
Il m’hébargea pendant quelques jours, et il alerta l’ambassade de France. Un avion vint me chercher vint me chercher deux jours après.
Je rentrai chez moi après avoir remercié chaleureusement le vieil homme qui m’avait si bien accueillie.

***

Texte de Jihane :

Ma rencontre avec l’esquimau

Un jour, je partis au Pôle Nord car je suis une femme qui voyage beaucoup. Cela faisait trois jours environ que je marchais ; j’étais épuisé. J’avais le ventre vide, ma gourde était presque finie, il faisait si froid que je ne sentais plus mes pieds. Soudain, je vis un igloo au loin. Je frappai à la porte mais personne ne répondit. Donc j’ouvris la porte car je ne pouvais plus tenir debout dans ce froid. Il faisait si bon à l’intérieur ! Quelqu’un avait laissé sa soupe au feu. Je la gouttai ; elle était si bonne !!! Mais je voulus attendre son propriétaire. Soudain, j’entendis un bruit. Quelqu’un rentra. Je m’excusai d’être entrée de force. Il me dit :
« Ce n’est rien de grave ».
Je lui expliquai ce qu’il s’était passé et il me dit qu’il pouvait m’héberger. Le lendemain, quand je me réveillai, je trouvai le petit déjeuner sur la table. Mais mon compagnon n’était pas là. Je sortis et je le trouvai en train de pêcher du poisson pour midi. Je lui demandai : « Mais pour quoi tu pêches aussi tôt ? » Il me dit que c’était tôt le matin qu’il y avait du bon poisson. Soudain nous vîmes des pingouins qui allaient eux aussi chercher du poisson. On s’amusait avec eux pendant des heures mais le temps passait et ma famille me manquait. Donc je rentrai dans l’igloo me reposer mais je me dis que je ne trouverais rien en restant assise. Ensuite, je sortis et marchai un peu quand soudain…...je vis un sanglier qui courait vers moi !!!!! Je me battis avec lui. Heureusement que j’avais pris ma lance ! Je le tuai et retournai dans l’igloo et mon compagnon me dit qu’un hélicoptère n’allait pas tarder. Ainsi, j’allai préparer mes affaire quand j’entendis l’hélicoptère. Je sortis et remerciai cet homme gentil de m’avoir hébergée quelques jours et je lui fis remarquer que je m’étais bien amusée. Je lui dis au revoir et rentrai chez moi avec un grand sourire. En une heure, j’arrivai chez moi, où je retrouvai ma famille. Je leur expliquai ce qu’il s’était passé et nous pûmes rire de mon aventure. Nous vécûmes heureux jusqu’à une prochaine aventure.

 
Collège Joseph Vernet – 34, rue Joseph Vernet - 84000 Avignon – Responsable de publication : MME Catherine MARRET
Dernière mise à jour : jeudi 24 mai 2018 – Tous droits réservés © 2008-2018, Académie d'Aix-Marseille